Particuliers Préparer ma retraite


La retraite est souvent l’occasion d’entamer une nouvelle vie, de réaliser des projets longuement mûris. Anticiper suffisamment en amont sa retraite reste primordial. Elle se traduit en général par une baisse des revenus, laquelle peut être importante chez les indépendants ou les fonctionnaires. Pour en limiter l’impact, des solutions existent en réalisant des placements judicieux durant sa vie active.

Préparer sa retraite, c’est aussi faire des arbitrages dans son patrimoine. Vente de sa résidence principale, investissement dans l’assurance-vie ou tout autre placement : les choix s’avèrent nombreux et nécessitent un examen approfondi de votre situation.


A noter

La retraite peut être à l’origine de situations de surendettement. Il faut donc adapter rapidement ses dépenses à ses ressources et conserver une épargne de précaution pour faire face aux accidents de la vie et à la dépendance.



Pour favoriser la constitution d’une épargne retraite, les pouvoirs publics ont mis en place des dispositifs susceptibles de répondre à vos attentes. Il s’agit du Plan Epargne Retraite Populaire (Perp) et du « Madelin Retraite » qui s’adresse aux travailleurs non-salariés. Ils ont un avantage fiscal, mais les sommes investies seront, sauf cas particuliers de sortie anticipée, bloquées jusqu’à l’âge de la retraite. En commençant à épargner jeune, d’autres stratégies sont possibles.


Le saviez-vous ?

Plusieurs contrats souscrits dans le cadre d’un Perp permettent une option « annuités garanties ». Si le retraité vit centenaire, la rente sera versée jusqu’à sa mort. S’il décède quelques mois après sa retraite, les bénéficiaires qu’il aura désignés continueront à percevoir sa rente pendant une durée définie à l’avance.



Les deux cas évoqués ci-dessous illustrent l’intérêt de mettre en place activement des solutions financières pour sa retraite, quels que soient son âge et sa situation professionnelle.


Cas n°1*


Epargner jeune pour assurer son avenir


Etudions l’exemple d’une jeune femme de 31 ans, célibataire, salariée à mi-temps et qui travaille en indépendante le reste de la semaine. Elle gagne autour de 3 000 € par mois et est déjà propriétaire de quatre biens immobiliers dans sa ville, achetés en très mauvais état et à bas prix, qu’elle rénove elle-même : trois studios loués, et une maison, qui sera bientôt sa résidence principale et dans laquelle elle louera aussi un studio. L’emprunt du premier studio est déjà soldé. Les autres sont toujours liés à un crédit. Elle considère ces investissements comme une façon d’améliorer sa retraite, mais aussi ses revenus futurs. En revanche, elle a très peu d’épargne financière.


Notre conseil


Cette femme a compris très jeune qu’elle devait se constituer un complément de revenus pour sa retraite et s’est montrée très dynamique dans ses investissements. Néanmoins, elle a pris un risque en ne diversifiant pas ses choix. L’immobilier constitue 90 % de ses actifs et ses biens sont tous situés dans la même ville ! Or, les propriétaires fonciers ont besoin d’avoir beaucoup d’épargne de précaution pour faire face à des périodes de vacance ou à des loyers impayés. Elle devrait donc songer à orienter ses futurs investissements vers de l’épargne financière, pour rétablir un meilleur équilibre patrimonial en vue de la préparation de sa retraite.


Rencontrer un conseiller

Nous contacter

Cas n°2*


Jeunes seniors, une équation différente


Considérons à présent une femme de 55 ans, propriétaire d’un commerce qui représente, murs inclus, 70 % de son patrimoine. Elle est locataire, mais souhaite acquérir sa résidence principale avec ses deux fils, qui travaillent à l’étranger. Le reste de ce qu’elle détient est essentiellement placé sur des comptes sur livrets et une toute petite partie sur une assurance vie. Elle détient aussi des actions en direct et un Perp, en vue de sa retraite.
 


Notre conseil


Cette femme est dépendante de la valorisation de son fonds de commerce au moment de sa cessation d’activité. Il y a quinze ans, la vente d’un fonds de commerce représentait un capital permettant aux commerçants de compléter leurs revenus pour la retraite. Aujourd’hui, sa valeur est très relative. Mieux vaut donc ne pas trop compter dessus. Bon point tout de même, l’achat des murs par sa société, car lorsqu’elle arrêtera de travailler elle pourra les vendre et récupérer un capital, ou les louer et obtenir un revenu complémentaire. Comme elle a peu épargné pour sa retraite au fil de sa carrière, elle va devoir y consacrer des sommes importantes au cours des prochaines années, notamment via son Perp. Quand on ne peut plus jouer sur la durée pour se constituer un capital important, il faut compter sur le volume ! 


Pour en savoir plus

N’hésitez pas à nous contacter. Nous vous mettrons en relation avec un conseiller en gestion de patrimoine spécialiste de ces problématiques. Il saura répondre à vos questions et vous orienter vers les formules les plus pertinentes.

 

 

Contacter un conseiller


*textes issus du livre les Français et l'argent depuis 1968